L’importance de la carte et comment la faire :

Une des composantes importante dans la création d’un univers et tout simplement la carte. Alors on pourrait facilement se dire que la carte est un élément franchement mineur dans un univers fictif. Qu’elle ne sert pas tant que ça. C’est au contraire un élément crucial. Et ce, pour la simple et bonne raison que cela permet au lecteur de mieux s’immerger dans votre monde.

Après tout qui n’a pas jamais regardé les petites cartes proposées en début de livre ?

Dans un deuxième temps, et c’est sûrement là que réside sa réelle utilité, cela permet au créateur de se situer dans son histoire. De savoir où se trouvent tous les endroits parcourus par les personnages et ainsi de rester cohérent dans votre récit. Si vous êtes vous-même perdu dans votre propre création, alors les lecteurs le seront aussi. Le moindre manque de cohérence nuira à la qualité de votre monde et de votre histoire.

Même si au final la carte ne fait pas partie du livre, elle vous servira tout au long de la création de ce dernier.

Et si faire une carte peut sembler un poil complexe ça ne l’est, au final, pas vraiment. Le tout c’est de  se lancer.

Les prérequis :

Pour faire une carte il ne faut pas être ultra équipé, ni même d’avoir fait de longues études de dessin, de géologie ou de géographie. Votre imagination, un peu de patience, un crayon et une feuille sont tous les ingrédients dont vous aurez besoin.

Pour ceux préférant la faire sur ordinateur il y des logiciels simples et gratuits comme autorealm, ou payants comme, Campaign Cartographer,  Photoshop ou même Illustrator si vous voulez faire une carte un peu plus stylisée. Sinon la bonne vieille feuille de papier fera parfaitement l’affaire et rendra tout aussi bien.

En terme d’avancement, vous pouvez commencer votre carte soit directement au début de la création de votre univers, pendant ou même à la fin. De manière générale c’est pendant la création de votre monde que vous ressentirez le besoin d’un vrai repère visuel. Dans tous les cas, la carte évoluera et changera assez souvent au fil de la création.

Vous pouvez donc la commencer maintenant et la reprendre plus tard. La carte sert surtout de repère visuel, elle n’a donc pas besoin d’être parfaite pour le moment.

Je vous invite à voir le twitter de Jacob Naylor qui fait de magnifiques cartes sur Photoshop.

 

Les contours :

Les contours seront la partie la plus complexe à faire. Dans un premier temps voyons les deux cas de figures possibles avant de se lancer :

  • Vous avez déjà une idée du type de monde que vous allez cartographier (un archipel, un méga continent ou encore quelque chose de proche de notre planète). Peu importe votre idée, si vous savez vers quoi vous allez, le but sera de retranscrire votre vision sans vous prendre la tête.

Vous voulez faire un archipel alors faites des îles de manière aléatoire et voyez ensuite comment vous voulez les réarranger. C’est en faisant un premier jet que vous vous rendrez mieux compte de ce qui vous plaît ou de ce qui colle avec votre vision.

  • Si vous n’avez pas encore d’idée précise de ce à quoi voulez que votre monde ressemble, c’est la même chose faites des essais, et voyez ce qui vous plaît.

L’important dans cette première partie est de se donner une vision d’ensemble de votre monde. De voir à quoi il pourrait concrètement ressembler. Rien n’empêchant bien sûr de partir sur une autre idée en cours de route.

Les  cartes ne sortent pas toutes faites de la tête de leurs auteurs. Il faut tenter et patiemment voir ce qui vous plait et ce qui est cohérent avec votre monde.

Une petite astuce pour avoir de beaux contours consiste à faire trembler votre main. Vous aurez ainsi des contours irréguliers, plus proches des contours d’une vraie carte, et de l’apparence réelle des côtes.

Les reliefs :

Une fois vos contours faits, viennent les reliefs. Autrement dit vos montagnes, vos forêts, vos lacs, vos océans, vos mers …. En bref le cœur de votre carte.

Là encore si vous avez déjà vos idées il suffira de les placer. L’important c’est de vous faire une petite légende pour vous repérer.

Pour faire une carte cohérente il faut aussi connaître un petit peu de géographie. Par exemple nous passons rarement d’une zone de type polaire aux moussons tropicales. Selon votre monde la logique peut varier, et vous serez donc libre d’aménager en fonction des règles de ce dernier. Mais d’une manière générale, il faut des transitions. Il faut que votre explication soit cohérente. La cohérence est le maître mot de la création d’univers.

Cette partie n’est pas obligatoire dès le début, mais c’est toujours mieux de la garder en tête pour votre histoire. Passer par un col montagneux entraînera des péripéties qui peuvent servir votre histoire, comme le col de Caradhras dans Le seigneur des Anneaux, qui entraînera notre communauté dans les mines de la Moria.

Détailler votre géographie mettra du relief à votre monde et le rendra encore plus réaliste et palpable.

 

Les royaumes, pays, villes, points, d’intérêts :

Une fois que le contour est défini et que nos reliefs sont posés nous pouvons commencer par placer nos éventuels royaumes ou pays. Nous ne sommes pas encore obligés de faire de vraies frontières, mais juste de faire des démarcations simples afin de se repérer. Encore une fois si vous avez déjà tout en tête alors retranscrivez votre vision. Sachant que vous pouvez tout aussi bien placer vos royaumes et frontières avant même de poser vos reliefs.

Une fois cela fait nous pouvons mettre nos principales villes et capitales. Tout en se rappelant que de manières générale les villes s’installent à proximité d’un point d’eau. Évitez donc de les placer en plein désert ou rien ne pousse et où il ne pleut jamais. Cela dépendra de la logique de votre monde. Si vous avez une race qui peut vivre sans eau et qui se nourrit de la chaleur du soleil pour vivre, alors dans ce cas les placer ici serait parfaitement cohérent. Le tout c’est de rester cohérent avec votre monde.

 

Les finitions :

Il ne reste plus qu’à tout bien finaliser. Réorganiser ce qui ne vous conviens pas. Détailler les contours (aucune carte n’a de contours tout lisses, alors y mettre des formes en tout genre rajoute à la beauté de la carte et à son réalisme). Et voilà vous avez votre carte.

Au niveau du format je trouve que le grand format et toujours plus agréable car il y de la place et nul besoin de plisser les yeux pour s’y retrouver, mais c’est aussi plus de travail. N’hésitez pas à mettre de la couleur pour faire ressortir les différents climats de votre cartes ainsi que les points d’eau. On peut également repasser les contours au feutre noir pour encore plus de clarté et le tour est joué.

N’hésitez pas à être original concernant vos côtes, car dans la réalité ce ne sont jamais des bords lisses et parfaitement arrondis ou carrés. Vous pouvez utiliser la technique du tremblement pour donner des formes à vos côtes.

 

 

Conclusion :

Rappelez-vous que votre carte est un personnage de votre récit. Et elle doit représenter fidèlement votre monde. La carte à son histoire, et elle s’écrit par la forme de votre monde, le pourquoi du comment de celui-ci, et son évolution au fil des aventures.

Une carte est le reflet de son univers, alors ne la négligez pas.

 

J’espère que cet article vous aidera dans la création de votre monde, s’il vous a plu n’hésitez pas à le partager. Et si vous avez des conseils ou que vous souhaitez partager votre expérience, la section commentaire s’offre à vous. Ce blog ayant avant tout une vocation de partage n’hésitez surtout pas.

Bonne aventure à vous tous.

 

Catégories : La Création d'Univers

Yaaza

Faites aujourd'hui ce que vous voulez être demain.

%d blogueurs aiment cette page :